Devenir Modéliste : Mon parcours + mes conseils (2/2)

Aujourd’hui, on se retrouve pour la seconde partie sur mon parcours consacrée aux années Post-BTS.

Si vous n’avez pas lu la première partie, je vous invite à la lire avant de découvrir ce qui va suivre 😊.



PLAN


LA DESILLUSION DE L’ENTREE SUR LE MARCHE DU TRAVAIL

Après avoir obtenu mon BTS MMV, j’avais déjà tout prévu et dans ma tête et sur le papier, ça faisait joli 😂.

EXPECTATIONS VS REALITY

EXPECTATIONS (Mes attentes)REALITY (La réalité)
1 – Septembre 2016 : Trouver un travail en tant qu’assistante modéliste1 – Septembre 2016 : Je commence mon blog. Je trouve un emploi en tant que conseillère-vendeuse. Je resterais 2 ans.
2 – Deux ans après : éventuellement changer d’entreprise et passer modéliste ou passer modéliste dans la même entreprise2 – Septembre 2019 : je commence une formation de Modéliste Internationale du Vêtement à l’AICP
3 – En 2020 : j’étais censée avoir 4 ans d’expérience de modéliste3 – En 2020 : j’ai 1 an d’expérience en alternance en tant que technicienne produit et environ 6 mois de stages que j’ai effectué pendant mon bac et mon BTS

On pourrait me demander « Pourquoi il y a une différence entre ce que tu avais prévu et ce qui s’est réellement produit ? »

C’est simple. 


L’EXIGENCE DES OFFRES D’EMPLOI

D’une part, en sortant de l’école, quand j’ai regardé les offres d’emploi, j’ai vu l’expérience demandée de la plupart des annonces : 5 ans d’expérience exigées, 10 ans d’expérience, modéliste expérimentée, etc. 

Les annonces pour les débutants étaient rares ou en province et à l’époque, je ne me voyais pas aller en province. Et au mieux, on demandait quand même 2 ans d’expérience. 

Durant mes stages, on m’a conseillé de faire de l’intérim à la fin de ma formation pour me faire connaître dans le secteur mais là aussi, les entreprises me voyaient comme trop « junior ».

D’autre part, parce que la vie ne se passe pas toujours comme on l’avait prévu tout simplement.

J’avais déjà fait des jobs d’été dans la vente et que je ne voulais pas rester sans rien faire, alors j’ai choisi de postuler pour des postes de vendeuses qui acceptaient les débutants.


MODELISTE INTERNATIONALE DU VETEMENT A L’AICP

Après 2 ans dans la vente, je choisis de tenter ma chance à nouveau dans le modélisme. Et là, on me dit que ça fait trop longtemps que je n’ai pas exercé mes fonctions.

Donc, j’envisage de faire une formation pour me perfectionner et si possible me faire de l’expérience dans le modélisme.

Et tout de suite, je pense à l’Académie Internationale de Coupe de Paris (AICP) et je m’inscris pour faire la formation de Modéliste Internationale du Vêtement en alternance.


➡️ À la base, je ne voulais pas refaire de formation tout de suite. J’envisageais d’en faire mais un peu plus tard après quelques années d’expérience pour me former sur les lacunes que j’aurais pu avoir ou des nouveaux logiciels.


Franchement, si vous voulez apprendre à faire du modélisme pur, c’est la meilleure école pour se former selon moi.

En ayant discuté avec les autres personnes de ma formation qui venaient d’autres écoles, la plupart s’accordaient à dire que c’était la meilleure école. Et en plus, elle est reconnue dans le milieu professionnel.

Je garde aussi un très bon souvenir de cette formation même si je n’ai fait que la première année étant donné que je n’ai pas pu trouver d’entreprise pour effectuer la seconde.

Et de toutes façons, je n’avais pas envie de poursuivre et je préférais m’insérer directement dans la vie active. 


J’AVAIS PEUR QUE LA FORMATION A L’AICP FASSE DOUBLON

Au départ, j’avais peur de m’ennuyer et que ça fasse doublon avec le BTS mais « je ne savais pas » dans quoi je m’embarquais dans le sens où c’était encore mieux que ce que j’espérais. Je ne me suis PAS DU TOUT ennuyée et de toutes façons, je n’avais pas le temps de m’ennuyer 😂. 

L’année en alternance a été très intense et ce que je n’ai pas pu voir en BTS, je l’ai vu à l’AICP : comme la construction des bases, les retouches à l’essayage et sur les patronnages entre autres. 

Je dirais que l’AICP a une approche plus « couture » presque artisanale tandis que le BTS, lui, est un peu plus industriel à mon sens.

Mon avis c’est que les 2 formations se complètent bien. L’AICP permet de renforcer ses connaissances en modélisme, puisque pour le coup, tu ne fais que du modélisme. Les deux seules matières de la formation sont le modélisme et l’anglais technique (pour apprendre le vocabulaire technique du secteur en anglais).


CE QUE JE RETIENS DE MON PARCOURS + MES CONSEILS

En fin de compte, avant, j’imaginais mon parcours de façon assez linéaire. Mais même si les choses ne se sont pas passées comme je l’avais prévu, je ne regrette rien. Et je crois que les parcours ne sont pas fait pour être linéaires de toutes façons.

Parce que si ça ne s’était pas passé comme ça, je n’aurais peut-être pas fait certaines choses comme :

  • Créé mon blog,
  • Fait l’AICP en alternance,
  • Acquérir tout ce que j’ai appris en tant que vendeuse, etc.

Mes 6 conseils

1- Être persévérant(e). La concurrence est rude dans le secteur et on ne laisse pas toujours la chance aux débutants. Mais parfois c’est vraiment juste une question de timing.

Ça m’est arrivé que des offres se présentent à moi mais soit j’étais déjà en poste ou soit j’avais déjà trouvé une entreprise. En tout cas, il ne faut pas baisser les bras ! Vous et moi, nous finirons par trouver c’est sûr et certain. « Tout vient à point à qui sait attendre ».

2- Si vous n’êtes pas pris dans une entreprise c’est souvent parce que mieux vous attends. C’est sûrement plus pour le meilleur que pour le pire.

3- Toute expérience est bonne à prendre et ça vous servira toujours quoiqu’il arrive. Même si c’est pas ce que vous cherchez à la base, essayer de prendre un poste qui soit dans le domaine ou proche du poste que vous ciblez. Dernièrement, on m’a dit que le fait d’avoir fait de la vente apportait une approche commerciale à mon profil, ce qui est apprécié.

4- Essayez de ne pas avoir trop d’a priori, tentez et vous verrez par vous-même. J’en ai eu beaucoup (le bac pro, ma formation à l’AICP, etc.) et à la fin, je me suis rendue compte que c’était les meilleurs choix pour moi.

5- Si vous avez la possibilité d’être mobile et d’accepter un poste dans une autre région loin de chez vous ou à l’étranger, honnêtement foncez. Au pire, ça sera temporaire et ça vous permettra d’acquérir de l’expérience pour plus tard revenir pour cibler des postes plus proche de chez vous. Au mieux, vous adorerez la région et vous voudrez y rester.

ET SURTOUT

6- Ne pas avoir de regret. Comme je disais, la vie est faite d’une telle façon qu’on ne peut pas avoir un contrôle absolu sur tous les évènements surtout ceux à venir.

Si on peut agir pour changer les choses, faisons le mais essayons d’accepter les choses qu’on ne peut pas changer, surtout celles qui sont déjà faites.

Le plus important, c’est que le choix que vous prenez à l’instant T vous plaise vraiment, il n’y a que ça qui compte.


J’espère que ces 2 parties vous auront plu, vous auront inspiré voire redonner de l’espoir. En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à les écrire et j’espère que vous avez pris autant de plaisir à les lire de votre côté.

N’hésitez à me faire part de vos retours constructifs ou de vos suggestions pour le blog, voire même à partager votre propre parcours en commentaire ! Ça me fera sincèrement plaisir de les lire.

En attendant, je vous souhaite de passer une excellente journée et prenez bien soin de vous !

Wendy


LIENS DE L’AICP ET DE LA FORMATION

Académie Internationale de Coupe de Paris (AICP)

www.aicp.fr

Modéliste International du Vêtement

https://www.aicp.fr/modeliste-international-du-vetement/


Autres articles sur « Mon parcours » :

Table des matières

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!